Page d'archive 5

« La demande d’autorité est plus que jamais une demande de ce que j’ai appelé l’ordre juste.

Ségolène Royal : « La demande d’autorité est plus que jamais une demande de ce que j’ai appelé l’ordre juste.

Cette exigence politique, que je défends depuis 2007 était à ce moment âprement raillée par les « bobos » dont on voit confirmation du grand décalage dans votre enquête.

Cela veut dire que les désordres que l’on constate dans tous les domaines – économique, social, écologique, territorial, scolaire, urbain, financier… – sont vécus comme autant d’injustices insupportables et destructrices. Ces désordres sont autant d’insécurités, de menaces, dont les Français ne veulent plus. Ils interrogent l’efficacité de la politique.

Cet ordre juste est la condition d’un changement accepté car débattu et piloté avec le souci d’un bénéfice mutuel et d’une répartition équitable des efforts. Il suppose de nouvelles règles du jeu qui s’appliquent à tous, sans exception.

Des règles qui permettent à la société d’évoluer par le dialogue au lieu de dresser les catégories les unes contre les autres. Ces nouvelles règles du jeu supposent une démocratie participative réelle et la recherche constante d’un équilibre entre les droits et les devoirs. C’est un contrat donnant-donnant, sans tricheurs, ni prédateurs. L’ordre juste, c’est une autorité qui garantit qu’il n’y a pas de perdant au sens où un pays doit valoriser tout son potentiel humain. »

Extrait d’une enquête auprès de six responsables politiques sur le monde.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Projet de loi pour la refondation de l’école

Projet de loi pour la refondation de l'école dans Projet de loi pour la refondation de l'école
Vincent Peillon pré­sente aujourd’hui en Conseil des ministres son pro­jet de loi pour la refon­da­tion de l’école. Le minis­tère de l’Education natio­nale a rendu publiques les grandes orien­ta­tions et les mesures-clés de ce projet.

Massivement rejeté par le CNESER, puis approuvé avec « réserve » par le CESE début décembre, le pro­jet de loi pour la refon­da­tion de l’école de Vincent Peillon est aujourd’hui pré­senté en Conseil des ministres.

Le minis­tère de l’Education natio­nale a publié un docu­ment de pré­sen­ta­tion du pro­jet, qui s’articule autour de 7 axes principaux :

La mise en place d’une « nou­velle for­ma­tion ini­tiale et conti­nue » pour les enseignants

C’était l’une des ambi­tions prin­ci­pales de Vincent Peillon : res­tau­rer une for­ma­tion ini­tiale et conti­nue de qua­lité pour les ensei­gnants. Dans cette optique, le pro­jet de loi confirme que les Ecoles supé­rieures du pro­fes­so­rat et de l’éducation (Espé) ouvri­ront bien leurs portes à la ren­trée 2013.

La for­ma­tion dis­pen­sée dans les Espé sera orga­ni­sée autour de quatre com­po­santes : « des ensei­gne­ments dis­ci­pli­naires ; un tronc com­mun com­pre­nant notam­ment une approche géné­rale de la péda­go­gie et de la didac­tique et des ensei­gne­ments rela­tifs à la vie de l’établissement [...] ; une spé­cia­li­sa­tion en fonc­tion du métier choisi par l’étudiant ; des ensei­gne­ments orien­tés vers la pra­tique pro­fes­sion­nelle, incluant des séances per­met­tant de se fami­lia­ri­ser aux situa­tions et acti­vi­tés de classe et, sur­tout, de nom­breux stages en établis­se­ment sco­laire (d’observation d’abord, puis de pra­tique accom­pa­gnée et, enfin, en res­pon­sa­bi­lité) ». L’objectif prin­ci­pal de cette réforme ? La « pro­fes­sion­na­li­sa­tion de la for­ma­tion », per­mise par « l’implication de pro­fes­sion­nels de l’enseignement scolaire ».

La prio­rité à l’école primaire

La prio­rité accor­dée au pri­maire se tra­duira par l’attribution de moyens sup­plé­men­taires au pre­mier degré, notam­ment humains : « Deux tiers des nou­veaux postes d’enseignants titu­laires qui seront créés durant le quin­quen­nat » y seront consa­crés, dont 7 000 pour le dis­po­si­tif « Plus de maîtres que de classes » et 3 000 pour l’accueil en mater­nelle des enfants de moins de 3 ans dans les zones défa­vo­ri­sées (sec­teurs de l’éducation prio­ri­taire, sec­teurs ruraux iso­lés et régions d’outre-mer). Une « for­ma­tion spé­ci­fique à l’enseignement en mater­nelle » sera inté­grée aux ensei­gne­ments dis­pen­sés dans les Espé, et un cycle unique englo­bant les petite, moyenne et grande sec­tions de mater­nelle sera créé.

L’entrée de l’école dans « l’ère du numérique »

Le pro­jet de loi pré­voit la mise en place « d’une éduca­tion au numé­rique », grâce à l’intégration dans les pro­grammes d’enseignement d’ »une for­ma­tion à l’utilisation des ins­tru­ments et res­sources numé­riques », dis­pen­sée « de l’école pri­maire au lycée ».

Un « ser­vice public de l’enseignement numé­rique » sera égale­ment créé, pro­po­sant aux ensei­gnants « des res­sources péda­go­giques, des conte­nus et ser­vices des­ti­nés à leur for­ma­tion ini­tiale et conti­nue, ainsi que des outils de suivi de leurs élèves et de com­mu­ni­ca­tion avec leur famille ».

Un pan réservé au numé­rique sera égale­ment prévu dans l’enseignement dis­pensé aux pro­fes­seurs dans les Espé. Ils appren­dront notam­ment à « maî­tri­ser les outils sur le plan tech­nique », mais aussi com­ment « mettre le numé­rique au ser­vice des appren­tis­sages en classe », ou « créer des res­sources péda­go­giques adap­tées aux élèves ».

L’évolution du « contenu des enseignements »

Le pro­jet de loi créé le Conseil supé­rieur des pro­grammes, ins­tance consul­ta­tive char­gée de for­mu­ler  »des pro­po­si­tions sur le contenu du socle et des pro­grammes », qui seront repen­sés. Les pro­grammes intè­gre­ront notam­ment trois nou­veaux ensei­gne­ments : éduca­tion au numé­rique, éduca­tion artis­tique et cultu­relle et ensei­gne­ment moral et civique. En outre, le pro­jet de loi ins­taure l’enseignement obli­ga­toire d’une langue vivante dès le CP.

La « pro­gres­si­vité des appren­tis­sages de la mater­nelle au collège »

Le pro­jet de loi réor­ga­nise les cycles d’enseignement, en créant un cycle unique pour toutes les sec­tions de mater­nelle et en ins­tau­rant un nou­veau cycle CM2-6e pour « assu­rer une meilleure conti­nuité péda­go­gique entre l’école et le collège ».

La réus­site de tous dans le second degré et l’insertion dans la vie professionnelle

Le prin­cipe de « col­lège unique » est réaf­firmé : les dis­po­si­tifs d’orientation pré­coce mis en place par le pré­cé­dent gou­ver­ne­ment « au motif de trai­ter la dif­fi­culté sco­laire » (et notam­ment la loi Cherpion) seront sup­pri­més. Des « ensei­gne­ments com­plé­men­taires au tronc com­mun » seront pro­po­sés et pré­pa­re­ront à une for­ma­tion pro­fes­sion­nelle à par­tir de la 3e.

Le pro­jet de loi rend égale­ment obli­ga­toire la pour­suite d’étude jusqu’à un niveau « reconnu par un diplôme natio­nal ou un titre pro­fes­sion­nel de niveau V ».

L’amélioration de l’évaluation du sys­tème éduca­tif et le ren­for­ce­ment des par­te­na­riats avec l’école

Un Conseil natio­nal d’évaluation du sys­tème éduca­tif, chargé « d’évaluer l’organisation et les résul­tats de l’enseignement scolaire » sera consti­tué. Il sera com­posé de « deux dépu­tés et deux séna­teurs, deux membres du Conseil écono­mique, social et envi­ron­ne­men­tal dési­gnés par son pré­sident et huit per­son­na­li­tés choi­sies pour leur com­pé­tence en matière d’évaluation ou dans le domaine éduca­tif », dési­gnés pour 5 ans.

En outre, le pro­jet de loi pré­voit l’organisation d’activités péri­sco­laires « pro­lon­geant le ser­vice public d’éducation » dans le cadre d’un Projet éduca­tif territorial.


http://www.vousnousils.fr/2013/01/23/loi-de-refondation-pour-lecole-le-detail-du-projet-presente-en-conseil-des-ministres-541204

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

Nouvelle secrétaire Nationale à la rénovation (Cécile Alzina)

Nouvelle secrétaire Nationale à la rénovation (Cécile Alzina) dans Non classé 12fevr.2011_0832copie2-248x300Chers tous,

Je vous adresse tous mes meilleurs voeux de santé et de bonheur pour
cette année 2013, pour vous et vos proches.

Je souhaitais vous informer que j’ai été nommée secrétaire nationale
adjointe à la rénovation au PS par Harlem Désir, et que ceci n’est pas
sans lien avec la formidable dynamique que nous avons tous
collectivement su insuffler avec la démocratie participative que nous
faisons vivre dans les Bouches-du-Rhône avec nos nombreuses
Universités Populaires Participatives.

Ainsi, parallèlement à nos actions et réflexions au sein de Désirs
d’Avenir, qui continue bien sûr à être une association indépendante
des partis, je pourrai impulser la mise en oeuvre de pratiques
rénovatrices au sein du PS, et notamment l’ouverture sur la société
civile et vers les classes populaires que nous défendons au sein de
notre association.

Afin que vous puissiez recevoir votre convocation pour la prochaine
assemblée générale de Désirs d’Avenir qui aura lieu le 2 février à
Clichy, je vous invite à renouveler dès à présent votre adhésion pour
l’année 2013.

Vous pouvez le faire par internet:
http://vision.desirsdavenir.org/index.php/adhesion-2010 (le lien
stipule 2010 mais sur la page vous verrez qu’il est bien noté 2013)

Ou bien par courrier en envoyant votre bulletin d’adhésion à télécharger ici:

http://www.desirsdavenir.org/images/pdf/bulletin-adhesion-DA-2010.pdf

Attention: l’adresse a changé, il faut envoyer votre bulletin et votre
chèque au 8 rue de Saintonge, 75003 PARIS.

Cécile.

La leçon inaugurale d’Esther Duflo au collège de France (petit retour en 2009)

 Esther Duflo ( économiste Française) va conseiller en 2013 Obama sur la pauvreté.

Lettre de Ségolène Royal – 8 Janvier 2009

Chers amis,

Vous le savez, nous voulons avec Désirs d’avenir donner à tous les citoyens l’information pédagogique leur permettant de devenir les analystes compétents, non seulement de leur propre situation, mais aussi des situations nationales et internationales.

Au mois de décembre, nous avons ainsi mis en ligne des extraits de la Conférence donnée par Stéphane Hessel à l’occasion du 60ème anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et du citoyen.

Nous poursuivons aujourd’hui avec une présentation des travaux d’Esther Duflo, économiste française du Massachussetts Institute of Technology (MIT), à Boston. J’ai découvert cette jeune spécialiste du développement l’année dernière, au cours d’une visite du laboratoire qu’elle a fondée au MIT, le Poverty Lab. Passionnante, cette rencontre est à l’origine de certaines réflexions développées depuis dans l’ouvrage que j’ai coécrit avec Alain Touraine, Si la gauche veut des idées.

Les avancées majeures qu’Esther Duflo a initiées dans l’analyse des politiques de lutte contre la pauvreté, lui valent d’être aujourd’hui nommée au Collège de France. Elle prononcera jeudi 8 janvier sa leçon inaugurale, dont nous mettrons dès que possible en ligne le contenu.

Une économiste du développement, au service de l’évaluation des politiques de lutte contre la pauvreté

Les droits de l’Homme, ce sont non seulement les droits politiques, mais aussi le droit fondamental à vivre dans la dignité. Or, les droits les plus élémentaires sont bafoués quand on vit avec moins d’un dollar par jour, comme c’est le cas pour 300 millions de personnes en Afrique subsaharienne.

Malgré ce constat, l’aide publique au développement mondiale est en baisse constante depuis deux ans. En 2007, elle se montait à 100 milliards de dollars : cela représente treize fois moins que les dépenses militaires engagées à l’échelle de la planète et 17 fois moins que les dépenses que l’Union européenne a consacrées au sauvetage du système bancaire.

La France est bien sûr touchée elle aussi. En 2009, notre aide au développement ne passera pas de 0,37% à 0,47% du PIB, comme cela était prévu, mais à 0,40% ou 0,41% du PIB (contre 0,5% en 2007). Cette évolution est d’autant plus dramatique qu’elle affecte en priorité l’ « argent frais » que la France accorde au développement des pays du Sud, sous forme d’aide budgétaire et d’aide projet. En comparaison, la part des annulations de dette (qui n’ont aucune incidence pour le budget de l’Etat mais ne contribuent guère à la réalisation des objectifs du millénaire) n’a cessé d’augmenter depuis plusieurs années.

Evidemment, l’aide publique au développement ne se résume pas à des objectifs quantitatifs.

Parce que les ressources dévolues à l’aide sont trop rares et donc trop précieuses pour être gaspillées, Esther Duflo a développé une méthodologie révolutionnaire d’évaluation des politiques de lutte contre la pauvreté. Avec une préoccupation : faire en sorte que les acteurs de l’aide investissent dans des actions ayant un véritable impact sur la pauvreté, et que chaque euro dépensé soit ainsi un euro utile.

Une démarche qui devrait être étendue aux pays du Nord

Les perspectives ouvertes par les travaux d’Esther Duflo sont immenses, y compris dans les pays développés. L’évaluation est en effet l’unique moyen de distinguer les politiques efficaces de celles dont l’impact est faible voire nul.

Si une politique, notamment une politique sociale, ne parvient pas à atteindre l’objectif qu’elle s’est fixée et donc à améliorer la vie de ses bénéficiaires, alors il faut la corriger. C’est la manière la plus légitime et la plus juste de justifier d’éventuelles économies.

Je regrette que le gouvernement ne se soit pas penché sur la question lorsqu’il a engagé la Révision générale des politiques publiques. Au lieu de procéder à des coupes aveugles et indifférenciées dans les budgets publics, il aurait été mieux inspiré de généraliser les évaluations d’impacts. Il aurait pu alors avec profit s’inspirer des voies explorées par Esther Duflo, pour le plus grand intérêt des usagers des services publics et des contribuables.

Amitiés,

Ségolène Royal

Les voeux de Ségolène Royal

Cher Ami, chère Amie

A l’occasion de cette fin d’année, j’ai le plaisir de vous souhaiter de très bonnes fêtes et de vous adresser tous mes vœux de bonne année 2013.

La responsabilité de la Gauche au pouvoir est désormais de faire réussir la France.

Des réformes ont été faites pour réparer les injustices les plus flagrantes, rétablir la sérénité républicaine, protéger les Français contre les risques de la dette, diriger la France sur la voie du redressement. Une seconde phase s’est ouverte pour engager les réformes qui répondent aux besoins de tous les Français, et inscrivent notre pays dans la justice et la modernité du 21esiècle.

Désirs d’Avenir a été à l’avant-garde dans bien des domaines et dans les pratiques politiques et doit le rester. Ambassadeurs de la démocratie participative depuis 2005 nous avons  réussi à inspirer et influencer de manière concrète l’action politique en France. Il faut continuer, de manière encore plus efficace et constante. Faire vivre le débat des idées, organiser autour de vous des réunions d’information, constituer un vivier de bonnes pratiques et de propositions à partir de l’expertise citoyenne et des Universités Populaires Participatives et décentralisées.

Nous avons restructuré notre organisation en raison des prises de responsabilités des uns et des autres. De nombreux membres de Désirs d’Avenir ont rejoint les équipes gouvernementales et les instances du PS. Nos idées sont ainsi mises au service de la réussite du travail engagé pour les Français.

La remontée et la valorisation des débats et des travaux organisés par les comités locaux seront parfaitement assurés. Le comité exécutif que vous avez souhaité sera opérationnel très prochainement. Benoite Lardy à qui j’ai demandé d’assurer le secrétariat général de notre association, va à cet effet, se rapprocher des adhérents qui se sont portés volontaires.  Merci de lui transmettre les projets de thèmes sur lesquels vous avez envie de travailler au cours de l’année 2013.

Je compte sur vous, vos initiatives, vos contributions et votre apport au débat d’idées.

Amitiés fidèles, et à très bientôt.

Ségolène Royal

Adhérer en 2013 à Désirs d’avenir en cliquant ICI
Ou en envoyant  votre cotisation  8 rue de Saintonge 75003 Paris

___________________________________________________________________________________________________________________

Guillaume Garot repète sa foi en Ségolène Royal sur Radio Classique/Public

[

Tous cobayes, le film de Jean-Paul Jaud

Image de prévisualisation YouTube

 LE FILM de Jean-Paul Jaud  – Le 26 septembre dans les salles

Toute la programmation, toutes les infos, nous contacter
www.touscobayes-lefilm.com

De 2009 à 2011, et dans le secret le plus absolu, le Professeur Gilles-Eric Séralini a mené une expérience aux conséquences insoupçonnables, au sein du *CRIIGEN. Il s’agit de la plus complète et de la plus longue étude de consommation d’un *OGM agricole avec le pesticide Roundup faite sur des rats de laboratoire et les conclusions qui vont en être tirées sont édifiantes…

Après le terrible accident de Tchernobyl en avril 1986, l’invisible poison nucléaire a resurgit avec l’explosion de la centrale de Fukushima en mars 2011 faisant des dégâts matériels, humaines et écologiques innommables.

OGM, Nucléaire : L’Homme s’est approprié ces technologies sans faire de tests sanitaires ni environnementaux approfondis alors que la contamination irréversible du vivant est réelle. Serions-nous tous des cobayes?

*Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le génie Génétique.

*Le Maïs NK 603 de Monsanto, cultivé sur 80% du sol américain, importé en Europe avec le pesticide Roundup

_______________________________________________________________________________

Ségolène Royal à la tête de la banque publique d’investissement ? (Ekonomico)


Ségolène Royal à la tête de la banque publique d'investissement ? (Ekonomico)  dans Non classé s%C3%A9gol%C3%A8ne_royal_photoPartiSocialiste-300x200
Petit à petit, les contours de la future Banque Publique d’Investissement se dessinent. Alors que les entités constituant la holding stratégique sont maintenant connues, il reste à savoir qui prendra la tête de l’établissement public. Parmi les noms pressentis, celui de Ségolène Royal.

Lors de son intervention télévisée le 9 septembre dernier, François Hollande a tenu à rappeler l’imminence de la création de la Banque Publique d’Investissement, futur bras armé de l’Etat destiné à offrir un guichet unique aux PME et des entreprises de taille intermédiaire. Ce nouvel outil valorisera en particulier les entreprises innovantes, industrielles et exportatrices.

Les détails de ce projets sont connus. La BPI aura une capacité d’intervention de 30 milliards d’euros en prêts et en capital pour financer l’économie française, les régions aurontla présidence des comités chargés de débloquer les prêts et la holding chargée de déterminer une stratégie convergente et piloter le réseau régional réunira Oséo, le Fonds Stratégique d’Investissement et Qualium Investissement, filiale de la Caisse des dépôts.

Il reste maintenant à savoir qui prendra la tête de cet établissement financier. Plusieurs noms ont fuité dans la presse. Tout d’abord, celui de Philippe Wahl, Directeur Général de La Banque Postale, un proche du ministre du Travail Michel Sapin. Pressenti également,  Jean-Pierre Jouyet, ancien président de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et actuel président de la Caisse des dépôts. Enfin, une personnalité politique et non des moindres en la personne de Ségolène Royal.

La présidente de la région Poitou-Charentes a déjà testé un tel dispositif dans sa région dès le mois d’octobre 2011 avec la création d’une banque régionale d’investissement pour les PME. Prendre la tête de la BPI serait un formidable lot de consolation pour la candidate malheureuse aux législatives à La Rochelle. Pour l’instant, Ségolène Royal se garde bien de démentir… tout en soulignant sa connaissance du sujet.

 

Par Ekonomico le21/9/2012

____________________________________________________________________________

Corinne Lepage met les pouvoirs publics français et européens devant leurs responsabilités

http://www.dailymotion.com/video/xtpogc_lepage-tout-est-organise-pour-qu-il-n-y-ait-pas-de-recherches-sur-les-ogm_news

Ségolène Royal invite Corinne Lepage à organiser avec elle des états généraux de la sécurité alimentaire en Charentes-Poitou. (paragraphe 5) 

 

« Tout d’abord , je félicite toutes celles et ceux, en particulier Corinne Lepage, qui ont permis la réalisation et la publication de l’étude du Professeur Gilles-Eric Seralini sur les OGM, qui confirme des convictions que je défends aussi depuis plusieurs années.

Les résultats de l’étude du Professeur Seralini et de l’équipe du Comité de recherche et d’information indépendantes sur le Génie génétique reposent avec force la question de l’impact des OGM pour la santé humaine.

Dès 2004, lors de mon élection à la tête de la Région Poitou-Charentes, j’ai fait voter après un débat en présence du Professeur Seralini une décision relative à l’interdiction de la mise
en culture d’OGM sur le territoire régional et apporté mon soutien, devant le tribunal administratif, aux maires poursuivis pour avoir pris des arrêtés d’interdiction d’OGM dans leur commune.

J’ai également apporté mon témoignage lors du procès intenté en juin 2011 à José Bové et aux « faucheurs volontaires » au Tribunal de Poitiers.

La Région Poitou-Charentes a soutenu la réalisation et la diffusion des films de Marie-Monique Robin (« Le monde selon Monsanto », « Notre poison quotidien ») et de Jean-Paul Jaud (« Nos enfants nous accuseront », « Tous cobayes ? ») car ils contribuent à la transparence nécessaire d’un débat qui doit être l’affaire de tous les citoyens.

Pour certaines multinationales, les enjeux financiers priment sur la sécurité alimentaire.

L’indépendance scientifique et la qualité de l’expertise en matière de santé publique doivent être rigoureusement protégées.

C’est pourquoi, je propose :

1) de maintenir l’interdiction de mise en culture des OGM en France ;

2) d’agir activement pour que l’Agence européenne de sécurité sanitaire de l’alimentation vérifie elle aussi de manière indépendante les résultats des travaux du Professeur Seralini et pour que toutes les conclusions réglementaires nécessaires en soient tirées à l’échelle européenne en matière de circulation des OGM, y compris dans les importations de céréales ;

3) de saisir l’Organisation mondiale de la santé pour faire reculer les OGM dans le monde et notamment dans les pays les plus pauvres où  la promotion d’une agriculture de qualité capable d’assurer la sécurité alimentaire des populations revêt aujourd’hui un caractère d’urgence ;

4) d’impliquer les groupes semenciers, si la preuve est apportée des dangers des OGM pour la santé humaine, dans l’indemnisation des victimes ;

5) d’organiser en Poitou-Charentes avec Corinne Lepage et des experts nationaux et internationaux, des Etats-Généraux de la sécurité alimentaire, de l’indépendance des expertises et de la démocratie participative sur les questions sanitaires. »


Ségolène Royal

_______________________________________________________________________________

J.Louis Bianco quitte la politique « Une grande envergure »

AFP -Ségolène Royal a salué en Jean-Louis Bianco un « responsable » d’une « grande envergure politique » et d’une « rare simplicité », après que ce dernier a annoncé aujourd’hui son abandon de la vie politique.

« Je voudrais rendre hommage à la longue carrière politique de Jean-Louis Bianco. Une fois de plus son geste est celui d’un homme libre », a estimé Ségolène Royal.

« C’est un ami d’une exceptionnelle fidélité qui date des années 1980 à l’Élysée, un responsable politique d’une grande droiture qui a exercé tous les mandats et toutes les responsabilités et qui, malgré sa grande envergure politique, a toujours gardé une rare simplicité, vertu unique dans le monde politique », a-t-elle ajouté.

A 69 ans, l’ancien ministre et député socialiste Jean-Louis Bianco, actuel président du conseil général des Alpes-de-Haute-Provence, a annoncé aujourd’hui qu’il arrêtait la politique.

Ancien secrétaire général de l’Élysée, soutien de Ségolène Royal lors de la primaire socialiste à l’automne 2011, il avait été son codirecteur de campagne lors de l’élection présidentielle en 2007.

_______________________________________________________________________________________________

1...34567...46

Auteur

annie13

Auteur

Catégories

Archives

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Blog de Jean-Louis Simon |
ATTAC Burkina Faso |
Les délibérations du Consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gouvernance territoriale, d...
| The meilleur of l 'actualit...
| jaime ma France